Un tour du monde à vol d’oiseau

Réaliser la chance que nous avons de vivre sur la Terre en découvrant les magnifiques payages qu’elle nous offre est un excellent moyen de se motiver à modifier notre mode de vie qui, trop souvent, est nocif à la nature et l’envrionnement. Pour cette raison nous vous suggérons cet excellent documentaire qui vous portera autour du monde, et en haute altitude, puisque vous serez «À vol d’oiseau.»

Bien plus que pour apprécier les paysages des différents continents, ce documentaire permet d’en apprendre plus sur la vie sociale des oiseaux, cette dernière étant à la fois axée sur la solidarité et la compétition.

Au fil des quatre saisons, John Downer et ses équipes ont suivi les grandes migrations des oiseaux à travers les cinq continents. Grâce à des technologies dernier cri – caméras harnachées sur les volatiles, drones, hélicoptères sophistiqués… – et surtout à des oiseaux adoptés dès leur éclosion, ils ont pu les accompagner tout au long de leurs vols. De l’Amérique du Nord à l’Europe en passant par l’Afrique de l’Est, l’Amazonie et le Grand Nord, nous voilà embarqués dans le sillage d’oies des neiges, de vautours, d’hirondelles, d’aigles, d’aras, de flamants roses… Projetés avec eux jusqu’à plus de 9 000 mètres d’altitude, on découvre avec un œil neuf les paysages de la Terre, époustouflants vus du ciel – la Camargue, le Grand Canyon, la vallée du Grand Rift…–, et l’on se retrouve plongé dans la vie quotidienne d’oiseaux partis se reproduire à l’autre bout de la planète.

Si le documentaire célèbre la nature dans ses manifestations spectaculaires – l’image splendide de deux millions de flamants roses recouvrant un lac dans le nord du Kenya par exemple –, il nous montre aussi la vie sociale des oiseaux. Parmi eux, la solidarité – ou plutôt l’association en vue d’intérêts communs – est souvent de mise, comme lorsque les fous de Bassan et les dauphins suivent la même route et font converger leurs talents pour désorganiser les bans de sardines compacts et s’en nourrir. Mais souvent la cruauté l’emporte : les vautours guettent les proies traquées par les lions en contre-bas et de jeunes phoques inexpérimentés se font croquer par des orques, dans des séquences au montage digne des grands westerns.

Advertisements

Une réflexion sur “Un tour du monde à vol d’oiseau

  1. Ping : Un tour du monde à vol d’oiseau Libre Expression

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s