Nelson Mandela: Le réconciliateur

En mai 1994, Nelson Mandela devient président de la République d’Afrique du Sud, suite aux premières élections multiraciales du pays. Il avait passé vingt-sept ans dans les prisons d’Etat. Éclairé par les témoignages de ses amis, de ses alliés et de ses adversaires politiques, ce portrait dévoile l’homme derrière le mythe.

En deux heures, ce documentaire revient sur toutes les grandes étapes de l’existence de Nelson Mandela. D’abord son éducation « royale » dans la province rurale de Transkei, où les vieux chefs tribaux se souviennent de lui tout jeune garçon. Une province où la tradition et les honneurs royaux ont façonné ses convictions et son engagement futur. Ses anciens collègues racontent des anecdotes sur son sens de la discipline, son désir de protéger sa vie privée, l’intuition qu’il eut très tôt du destin historique qui l’attendait.

Le film revient également en détail sur l’influence de la prison : militant radical, entêté et audacieux au début de son incarcération, Mandela y acquiert une stature de dirigeant mûr et déterminé. À Robben Island, il devint le maître de son propre emprisonnement. Grâce à son intelligence, à son charme et à son attitude de défi teintée de fierté, il réussit à s’attirer les grâces des employés de la prison les plus brutaux. Cette période est pour lui une leçon cruciale, témoigne Richard Stengel, coauteur de ses Mémoires : « Il a compris que ses rapports avec les gardiens afrikaans symbolisaient la situation en Afrique du Sud. S’il parvenait à trouver un modus vivendi avec eux, il lui serait peut-être possible de faire de l’Afrique du Sud la terre promise dont il rêvait. »

Le documentaire évoque aussi la relation orageuse de Mandela avec sa femme Winnie Madikizela-Mandela – un amour douloureux, rendu amer par les ambitions politiques de ces deux grandes personnalités. Il retrace également les difficiles négociations de Mandela avec les dirigeants blancs. Mandela décida de ne pas en informer ses camarades du Congrès national africain (ANC), après quoi certains l’accusèrent de trahison. Plus tard, Mandela, enfin libéré, et le président Frederik De Klerk négocient les fondements d’une Afrique du Sud nouvelle et démocratique.

De leur côté, Richard Stengel et Anthony Sampson, tous deux biographes de Nelson Mandela, décrivent ce qui fait de lui un homme exceptionnel – le sentiment d’avoir une mission, des certitudes morales inébranlables, l’intuition de son propre destin –, tout en rappelant qu’il était aussi un homme comme les autres : colérique, entêté et vaniteux à ses heures.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s