Capitalisme – La richesse des nations, nouvel évangile?

Mais qui a vraiment lu l’ouvrage d’Adam Smith, bible du libéralisme ? Enfant de la révolution scientifique, Smith y dénonce la division du travail, pilier de l’économie de marché, estimant qu’elle abrutit les hommes.
De même, la notion de «main invisible» a été délibérément sortie de son contexte pour être exploitée à des fins politiques. En revanche, «La Théorie des sentiments moraux», son livre le plus important selon lui, a été totalement occulté.
Exemples à l’appui, cet épisode réexamine dans le texte les théories de Smith, doté d’une foi inébranlable dans le progrès.
Mais il rappelle surtout ses préoccupations sociales, délibérément oubliées.
Une traversée de l’histoire des idées et des sociétés au cours de laquelle on croise le philosophe africain Anton Wilhelm Amo, esclave affranchi d’origine ghanéenne.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s