L’armée de l’ombre: La quête de liberté des Punks Québécois

« Mon rêve, c’est d’avoir un rêve. » Les héros de «L’armée de l’ombre» ne possèdent rien et n’aspirent qu’à une chose : la liberté, que la société leur refuse, car ils dérangent. Ils dérangent par leur tenue, par leur mode de vie, par leur colère et ils sont harcelés par la police.

Manon Barbeau a suivi ces jeunes itinérants dans la ville de Québec pour leur donner la parole. Ils en font d’ailleurs très bon usage. N’ayant rien à perdre, ils jugent sévèrement un monde dont ils se sentent rejetés. Mais ils revendiquent aussi des valeurs que le spectateur reçoit de façon tout aussi violente qu’inattendue.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s